Edito

 

Une incroyable régression

 

La France est un pays centralisé dirigé par une administration centralisatrice, quoi qu’en dise la Constitution. L’étouffement qui s’ensuit, très souvent dénoncé, les incantations à la gloire de pays réellement décentralisés, le rêve de se donner des airs tellement modernes et européens, avaient conduit les responsables politiques de l’époque à faire leur cheval de bataille de la décentralisation.

Et le début du premier septennat de François Mitterrand fut marqué par les grandes lois de décentralisations portées par Gaston Deferre…

Il fallut peu à peu déchanter : la décentralisation n’eut lieu que partiellement et la déconcentration des moyens et des services aucunement.

Les départements devenaient des collectivités locales de pleine administration : leurs compétences sont aujourd’hui dépecées par lambeaux.

Les régions ont depuis perdu toute autonomie financière, liées à l’aumône de dotations d’État, privées de revenus propres. De plus, elles ont été regroupées avec des difficultés que la Bourgogne–Franche-Comté porte jusqu’à la caricature, entretenant les picrocholines querelles entre Dijon et Besançon.

Regroupées, donc, re-centralisées tout en prenant soin de ne pas réorganiser la répartition des compétences entre elles et l’État.

À l’échelon communal, même schéma : les compétences des villes sont transmises de force à des structures nouvelles et onéreuses (des milliers de fonctionnaires territoriaux en plus) inefficaces et budgétivores de l’argent des communes elles-mêmes ! et la tutelle de l’État va se développer avec la suppression de la taxe d’habitation compensée paraît-il, et donc payée quand même par le citoyen, mais autrement.

C’est vraiment se moquer du monde.

On le voit de plus en plus manifestement : le vrai pouvoir est à Bercy, lié à l’oligarchie bancaire. On s’inquiète pour nos libertés de savoir si les policiers auront le droit ou pas de faire ouvrir les coffres de voitures : je crois pour ma part qu’il y a beaucoup plus grave.

 

Gilbert MENUT

Maire de Talant

Conseiller Dijon Métropole

 


 


 


 

Les pr

 

 

 

Ville de Talant

Se rendre à Talant avec le réseau DIVIA

Prendre soit la Liane 5, soit la Ligne 10 (arrêt Arbalétriers pour se rendre en mairie)

Comment utiliser ce site ?